Al Hmadeen attend les sanctions Françaises au raison de son financement à Tariq Ramadan

Il y a des scandales répétés pour le système Qatari, qui a fourni des récompenses généreuses et un financement auTariq Ramadan, le petit-fils de Hassan Al-Banna, le fondateur du groupe terroriste des frères musulmans. Ces relations suspectes ont été révélés par des informations Françaises. Il semble que Tamim et ses éléments attendent un coup sévère qu’ils pourraient recevoir de Paris.

Ethan Goudag, l’analyste économique Français a souligné que l’implication évidente Qatarie dans le soutien du petit-fils du fondateur des Frères musulmans en Égypte et du penseur islamique suisse-égyptien Tariq Ramadan est un crime selon la loi Française, tandis que le gouvernement de Paris peut imposer des peines sévères au petit émirat.

En ajoutant :«Le financement d’ aucun pays pour des projets vise à diffuser des idées politiques contraires aux valeurs de laïcité dans la société Française est un crime au regard de la loi française. La Fondation du Qatar est désormais classée comme une source dangereuse pour nous», a-t-il ajouté.

Les mesures prises imposeront sur le régime Qatari, qui a utilisé son argent pour détruire des valeurs clés de la société française .Le gouvernement français n’exclut pas les sanctions contre la Fondation du Qatar et la prévention de toute activité économique, politique, culturelle ou sociale dans le pays.

Tariq Ramadan a reçu 35 000 euros par mois d’auprès la fondation Qatarie, c’est pour diffuser des idées extrémistes liées aux Frères musulmans en Europe par le biais la fondation de charité au Qatar, l’une des moyens qui permet à Doha de financer divers projets dans le monde entier.

Ramadan a été le directeur du Centre d’études islamiques à Doha en 2012 et a reçu le soutien du Mufti du Sang Yusuf al-Qaradawy, Le petit-fils du fondateur des Frères musulmans Hassan Al-Banna, qui a jugé de deux accusations de viol en France et en Suisse, Ramadan a échangé ce montant pendant des années en échange de ses services en tant qu’un consultant auprès de la fondation du Qatar, qui permet au émirat du Golfe de financement des projets associés à l’idéologie du mouvement des Frères Musulmans à travers le monde.

Ramadan avait des mauvaises relations avec  les dirigeants du Qatar, où il dirige le Centre d’étude de la législation islamique Qatarie. Il est le prof particulier de la mère de l’émir de Qatar Mozah Al-Misnad, qui a été abandonnée à Doha et empêchée d’y entrer formellement dans la tentative de blanchir son visage.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.