L’Union africaine entre dans la ligne de la crise libyenne

Il semble que l’Union africaine a voulu s’engager sur la voie de la crise en Libye et apporter une contribution à son règlement basé sur la géographie de la Libye.

Le dossier libyen a été discuté lors du trente-troisième sommet africain et les paroles de tous les dirigeants africains sur l’étendue des activités du sommet ne l’ont peut-être pas échappé. Partant de son slogan (faire taire les armes à feu), le sommet a appelé à un règlement politique de la crise libyenne par le dialogue, en rejetant l’ingérence étrangère dans les affaires libyennes.

Dans la déclaration finale, les dirigeants africains ont souligné l’importance de prendre les mesures nécessaires concernant les milices armées en Libye, qui sont devenues une menace non seulement pour la Libye, mais aussi pour les côtes africaines et la région. C’est dans cet esprit que l’Union africaine a annoncé son intention d’envoyer une mission d’évaluation et de suivi de la situation sur place.

À la fin du sommet, le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine (Ismail Sharqi) a offert de contribuer à relancer le processus de paix entravé sous la conduite des Nations Unies en Libye, en notant qu’il était temps que les deux organisations coopèrent pour atteindre cet objectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.